Le féminisme

Grimanelli dit « la femme ne peut exercer sa fonction éducative et modératrice, sa providence morale parmi les hommes, avec autorité, donc avec fruit, qu’à condition de ne point se poser devant eux en rivale universelle et combative. »

Il dit ailleurs « le progrès ne consiste pas à détruire toutes les différences, il en est beaucoup qu’il développe au contraire. Car l’ordre humain ne réside pas dans la juxtaposition des identités mais dans le concours des diversités. L’harmonie n’est pas dans l’unisson. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *