Exercice spirituel et éducation de l’âme

Le dhikr ne peut influencer le cœur que s’il est continu; Ghazali écrit « l’élément qui a une influence efficace sur le cœur c’est le rappel incessant et la présence du cœur, car le rappel de la langue alors que le cœur est occupé à autre n’a qu’un faible effet. »

L’âme étant naturellement penchée vers les délices d’ici-bas, le dhikr doit absorber tout le temps du croyant.

Cette exercice spirituel, traduit le devoir de préparer avec soin l’éducation de l’âme.

Ainsi, les activités du jour doivent permettre de vivre la nuit intensément.

C’est durant la nuit que se distinguent les véridiques du reste des croyants, et c’est durant la nuit toujours que l’éducation de l’âme peut être menée à bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *