Thomas d’aquin et l’usure

Saint Thomas d’Aquin écrit dans sa « somme théologique » :

« L’argent fait partie de ces choses fongibles et il est permis de demander un loyer pour une maison, mais pas pour de l’argent. Car louer de l’argent avec de l’argent, c’est désunir l’argent de son usage originel. Or l’usage de l’argent et l’argent ne sont pas séparables en réalité. Si bien que demander un intérêt pour une somme d’argent prêtée, c’est finalement vendre ce qui n’existe pas. »

En 1311, au concile de Vienne, le Pape Clément V déclara « si quelqu’un tombe dans cette erreur d’oser audacieusement affirmer que ce n’est pas un péché que de faire l’usure, nous décrétons qu’il sera puni comme hérétique. »

Thomas d’Aquin écrit « celui qui donne usuram ne l’a donne pas simplement volontairement mais il la donne sous la contrainte de la nécessité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *