L’anthropologie, science coloniale et politique

Les zoos humains permettent de justifier la mise à distance irréductible de l’autre par sa simple vision: les sauvages existent je les ai vus au zoo.

Le principe même de mettre des êtres humains dans un endroit destiné à accueillir des animaux entretient le rapport de domination coloniale.

Voir l’indigène de derrière des grillages, justifie le pouvoir de l’homme occidental.

L’analyse morphometrique devient la preuve rationnelle de la différence, rendant normal l’acte de colonisation, puisqu’il se présente comme un acte de civilisation.

Ainsi la communication à la société d’anthropologie de Paris proposée par Broca en 1861, concernant les poids des cerveaux blancs et des noirs, qui indique un écart de poids, lui permet de justifier une hiérarchie raciale et donc la mise sous tutelle coloniale.

A partir de là, l’anthropologie devient une science coloniale au sens politique du terme car elle légitime par l’étude, l’acte de domination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *