Le droit public musulman et le droit humain dans la désignation du bien et du mal

L’homme qualifie une chose de bonne ou de mauvaise selon ce qu’elle comporte de conformité à ses intérêts, tandis que la révélation le détermine en révélant ce que le créateur par sa clémence, sa sagesse et sa bonté juge de bon ou de mauvais d’où la supériorité du droit musulman.

La Loi, c’est la science du bien et du mal, la Loi divine est source de certitude, ce que Dieu ordonne est bon, ce qu’Il interdit est mauvais, la loi humaine est source de faiblesse, la raison humaine ne lui permet pas d’obtenir cette certitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *