La réécriture du récit militant

Cette adaptation du féminisme se joue aussi dans la réécriture du grand récit militant. Présentant Rosa Parks, militante radicale, insultée de son temps en dame sage qui affronte seule des méchants. Cette transformation opère plusieurs effacements, d’une lutte collective, de la personnalité d’une militante et de la structure raciste de l’état nord-américain.

C’est ainsi qu’après un long processus de pacification Rosa Parks peut devenir une figure de l’exceptionnalisme nord-américain où les erreurs sont réparées grâce aux valeurs américaines. Elle entre au panthéon américain à la condition d’être blanchie et séparée de sa communauté militante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *