La mort de l’homme

Lorsque Nietzsche déclarait la mort de Dieu, il affirmait en vérité, la mort de l’homme.

Et si Dieu, selon son propos, venait à mourir, l’homme se condamnait à vivre dans un monde naturel, réduit au silence.

Et il se transformerait lui-même en un être naturel et matériel, en une « chose » parmi d’autres.

C’est à-dire qu’il meurt à son tour.

C’est ce qu’exprime ce verset du Coran « Ils ont oublié Allah, Allah leur a fait perdre jusqu’au sentiment d’eux-mêmes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *