L’armée est partie, la banque est restée

Chandell déclare « lorsque l’armée française et les pieds noirs ont quitté l’Afrique, le colonialisme français ne l’a pas quittée, car nous pouvons dire que le colonialisme français est présent tant qu’est présente la banque du crédit lyonnais sur cette terre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *