La réalité de l’expédition de Napoléon en Égypte

La conquête d’Égypte marque le début de l’ère de domination coloniale et impérialiste légitimée par des idéaux issus de la révolution de 1789.

Bonaparte commence par proclamer le déisme afin de laisser entendre aux égyptiens que les français seraient musulmans puisqu’ils ne croient pas en la trinité et qu’ainsi leur obéissance est légitime. Les savants musulmans répondirent à ses prétentions que par leurs refus de croire aux prophètes ils ne pouvaient pas être musulmans.

Alors la réaction de Bonaparte et de ses hommes envers les égyptiens refusant la soumission fut terrible et semblable à celle de l’armée révolutionnaire face aux révoltes royalistes vendéennes.

Malgré ses promesses envers les musulmans qui se soumettaient et aux oulémas, une fois installé en Égypte il confia les postes administratifs et les responsabilités aux coptes et syriens chrétiens.

Bonaparte se présenta en déiste aux musulmans persécuta ceux qui s’opposaient à son ordre parmi les musulmans tandis qu’il protégea et éleva socialement les chrétiens.

Dans toutes ses déclarations Bonaparte continua d’éloger l’islam dans le but de rallier les élites locales et en particulier les oulémas, justifiant du déisme français pour légitimer leur remplacement du joug ottoman.

Les oulémas égyptiens publièrent un manifeste dans lequel on lit « le peuple français est une nation d’infidèles obstinés et de scélérats sans frein.

Ils regardent le Coran, l’ancien testament et l’évangile comme des fables. »

Bonaparte fonda l’institut d’Égypte pour faire la promotion des idéaux démocratiques des lumières tout en appliquant un régime d’occupation militaire qui ne reculait devant aucune violence pour parvenir à ses fins et écrasait la population sous la répression et les impôts.

Charles X appliquera les mêmes méthodes en Algérie, après avoir garantie le respect du culte musulman et de ses mosquées, il n’hésitera pas piller les villages, fermer les mosquées et exécuter les résistants, tout en cherchant comme Bonaparte à gagner la sympathie des élites.

Bonaparte du subir plusieurs révoltes de la population excédée par le montant des taxes qui leur était imposé, alors que sous les mamelouks la shar’ia était appliquée et les impôts conforment à celle ci, Bonaparte lui instaura un nouveau code d’imposition qui appauvrit la population.

La répression fut terrible, 3000 insurgés périrent le 22/10/1798.

Le 23 Bonaparte écrivit au général Berthier « vous voudrez bien, donner l’ordre au commandant de la place de faire couper le cou à tous les prisonniers qui ont été pris armes à la main et jeter leurs cadavres sans tête dans la rivière. », 300 hommes furent tués en une matinée.

23 villages furent brûlés, les 900 habitants passés par les armes.

Les français arrivèrent avec des ânes chargés de sacs, qui furent ouverts en public et les têtes roulèrent devant la populace accourue en foule.

Bonaparte ordonna aux imams et aux oulémas de proclamer dans les mosquées que quiconque se ferait son ennemi n’aura de refuge ni dans ce monde ni dans l’autre.

Bonaparte allait jusqu’à affirmer qu’il disposait de pouvoirs occultes.

Le cheikh Gabarti dénoncera l’hypocrisie des français qui tout en feignant aimer l’islam en vue de gagner la sympathie des élites méprisent les populations conquises.

Cole dira « Bonaparte commet l’erreur typiquement occidentale de penser que l’islam est une doctrine, alors que pour ceux qui vivent au moyen orient, comme Gabarti c’est en premier lieu un mode de vie. »

Liberté, égalité, république française et colonies!

L’expédition d’Égypte était un projet de domination géopolitique basé non seulement sur une supériorité militaire mais aussi sur la revendication d’une supériorité culturelle.

L’esclavage était interdit en France et dans les colonies depuis 1794, Bonaparte fit acheter des esclaves en Égypte pour les besoins de son armée.

La destruction de la flotte française par Nelson le 01/08/1798, l’appel à la guerre sainte du sultan ottoman Selim III et le soulèvement égyptien eurent un impact énorme sur le moral des troupes, sans compter la peste.

L’alliance Ottoman-russe et anglaise contre les français en Égypte et la déclaration de guerre sainte à l’appel du sultan ottoman avait reçu un accueil favorable de la part d’Ibrahim Bey, réfugié en Syrie d’où il promis de reconquérir l’Égypte au nom de la Porte.

Les chefs religieux de la péninsule arabique considéraient l’Égypte, le plus peuplé des pays arabes et le siège des principales institutions de formation des oulémas, comme un pays stratégique.

L’historien yéménite Lutf Jahhaf a raconté l’histoire du djihâd contre les français en haute-Egypte.

A cause de Bonaparte, la kiswa, apportée d’Égypte chaque année sur la kaaba à la Mecque n’arrivait plus.

Ceci entraîna une mobilisation importante des musulmans en faveur des mamelouks, les oulémas d’Arabie et du Yémen appelèrent les volontaires à rejoindre les mamelouks, 2600 moudjahidin traversèrent la mer rouge.

Seul les coptes apportèrent leur aide aux français, Bonaparte du abandonner la haute Egypte.

Les oulémas qui s’étaient auparavant rangés du côté de Bonaparte déclarèrent « la réalité est que les français qui sont venus en Égypte étaient des matérialistes, des philosophes libertins, ils dirent vouloir nous libérer des mamelouks, mais quand ils furent là, ils ne se contentèrent pas de piller les richesses des mamelouks, ils ont razzié tout le monde et tué beaucoup de gens. »

Bonaparte abandonné par les musulmans, décida de s’appuyer sur les minorités religieuses, il engagea une politique de séduction envers les coptes et les juifs, auxquels il promit Jérusalem.

Pour gouverner l’Égypte, il avait besoin d’argent, il taxait lourdement la population, quand des villages ne payaient pas l’impôt il kidnappait leurs enfants et les enrôlaient dans l’armée française, quant aux femmes des vaincus elles étaient données à ceux qui s’étaient ralliés.

La fuite d’Égypte

Fin juillet 1798, la marine anglaise débarqua avec 15 000 hommes après avoir détruit la flotte française.

Bloqués en Égypte, les soldats français durent affronter les assauts des anglais et des turcs, l’armée de Bonaparte avait perdu 6000 hommes depuis le début de la campagne .

Bonaparte quitta secrètement l’Égypte le 22/08/1799 et confia la charge du pays à Kléber.

En 1800, Kléber fut assassiné par un égyptien, l’alliance des anglais et des turcs bouta les français hors d’Égypte en 1801.

Cette expédition fut l’expérience pionnière d’une forme d’impérialisme utilisant des institutions et une rhétorique libérales pour extorquer des richesses et gagner des avantages géopolitiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *