La renaissance de l’islam ne passe pas par sa réforme

Malek Bennabi reprocha aux artisans de la « renaissance » d’avoir pensé la réforme par une refonte de la théologie, alors que la question n’était pas l’authenticité mais l’efficacité de l’idée forte de l’islam. La croyance pour lui n’avait pas disparu mais avait perdu sa vitalité, sa force créatrice qu’il fallait régénérer non pas en reformulant les concepts théologiques mais en réactualisant le pacte originel qui lie l’homme à Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *